Programme de recherche international : La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (milieu XVIIe –milieu XIXe siècle) : interactions technologiques, culturelles et diplomatiques

A l‘encontre du cliché d’une Europe du XVIII e siècle éprise des objets chinois, de la culture et les techniques chinoises, notre projet propose de découvrir l’envers presque inconnu d’une histoire globale : l’engouement pour les arts décoratifs européens à la cour chinoise. Il porte précisément sur la circulation des objets en émail peint et de cette technique entre la France et la Chine (milieu XVIIe-fin XVIIIe s.). L’émail est l’exemple type d’une technique méditerranéenne et européenne dont la pratique s’est déplacée d’Ouest en Est, à la suite des objets. La fascination pour les émaux peints européens en Chine était étroitement liée au prestige des instruments scientifiques et des montres et horloges européens, qui étaient partiellement émaillés en surface. Notre projet se propose : 1) d’explorer le rôle des objets et des techniques européens dans la constitution du patrimoine culturel et technique à la cour chinoise ; 2) d’étudier dans une perspective comparative les rapports entre les pouvoirs monarchiques et les patrimoines culturel et technique en Chine et en France.

Il se fonde sur l’analyse des objets, considérés non comme illustrations mais comme matériaux historiques pertinents, combinée avec l’étude des archives institutionnelles chinoises et françaises, traitées comme étant de valeur documentaire égale. L’objectif scientifique est de dépasser deux écueils : 1) une vision euro-centrique de la diffusion à travers le prisme des écrits des missionnaires jésuites et une vision sino-centrique niant tout apport étranger ; 2) un parallélisme visuel qui prétend établir des liens techniques exclusivement à partir d’observations stylistiques. Il s’agit d’une triple mise en regard, inédite, entre : 1) objets et archives ; 2) données françaises et chinoises ; 3) sciences humaines et sciences exactes (analyse physico-chimique non destructive en particulier). Une telle confrontation interdisciplinaire et interculturelle soulève d’importantes questions méthodologiques. Notre projet est aussi un champ expérimental, avec notamment l’exploitation informatique de données archivistiques. Il vise à contribuer à la naissance de l’histoire globale des techniques avec une approche multidisciplinaire et comparative, domaine qui reste à faire émerger en France.

La pertinence et la faisabilité du projet ont été éprouvées par les travaux préliminaires réalisés dans le cadre du LIA (CNRS/INSHS, 2017-2021) qui réunit 6 laboratoires français, 7 musées français et le Musée du Palais de Pékin. Le financement de l’ANR permettra de porter les recherches à un nouvelle échelle et de garantir la livraison des résultats, dont une base de données en accès ouvert avec édition en ligne des deux corpus d’archives chinoises et françaises, et trois outils permettant une exploitation optimale des données. Les résultats de cette confrontation exceptionnelle entre objets, archives et données physico-chimiques seront présentés au grand public par une exposition virtuelle et évolutive, préparée essentiellement par le partenaire chinois. Enfin, en enquêtant sur la circulation des techniques et sur son impact sur une longue durée, nous apporterons des éléments historiques pertinents pour mieux comprendre la mondialisation actuelle, et en particulier les phénomènes d’hybridation technologique, culturelle et artistique.

L’équipe est composée de 27 membres de différents domaines (sciences humaines/sciences exactes) et de différentes compétences professionnelles (recherche/enseignement/muséologie). Le CRCAO-UMR 8155, équipe coordinatrice, est soutenu par trois partenaires, le CCJ-UMR 8173, l’ICT-EA337, et le MONARIS-UMR 8233, avec la participation de chercheurs du CEMES-UPR 8011, de l’Université of Clermont-Auvergne, de l’Université de Bretagne Sud-Lorient, de l’Université Jean Jaurès – Toulouse, du Musée national du Château de Versailles, et de Boston University (USA).

CRCAO-CCJ-ICT-MONARIS

Durée : 48 mois ( janvier 2020-juin 2024)

Partager

Participants

Responsable

Bing Zhao (CNRS)

Membres CRCAO

Membres titulaires
Bing Zhao (CNRS)

Appui à la recherche
Philippe Pons (CNRS)