Membre CRCAO - Équipe Chine

Benjamin Ringard

École Pratique des Hautes Études

Thèse : Pratiques funéraires en Chine sous les Han (202 av. J.-C. – 220 de notre ère) dans la région de Chang’an (Shaanxi)
Sous la direction de Alain Thote

Présentation

À partir d’une base de données réunissant les résultats des 75 dernières années sur l’archéologie funéraire Han autour de Chang’an, nous voulons montrer l’ampleur des transformations qui ont eu lieu dans les tombes. Les quatre siècles de la dynastie Han ont été le théâtre d’une « révolution » funéraire chez la classe moyenne. L’utilisation de tombes à catacombe s’est ancrée définitivement dans la pratique et a permis la réouverture des sépultures pour y installer ensemble les couples de défunts dès la fin du IIe s. av. J.-C. Cette évolution est allée à rebours des usages antérieurs qui visaient à sceller la tombe pour l’éternité. La tendance s’est poursuivie avec la construction et l’adoption généralisée de véritables caveaux familiaux au début de notre ère. Ce rapprochement physique entre les vivants et morts répété à chaque réouverture a nécessité la création de rites ayant pour but de confiner la sépulture chaque fois que nécessaire pour séparer hermétiquement les vivants des morts.

Thématiques de recherche

  • Chine ancienne
  • Archéologie
  • Pratiques funéraires
  • Exorcisme et démonologie
  • Divination

Partager