CNRS

Rechercher




Accueil > Présentation

Equipe Tibet (TBACT)

publié le , mis à jour le

Présentation

L’équipe Tibet, Bhoutan et aires culturelles tibétaines (TBACT) a été créée en 1986 sous l’appellation « Langues et cultures de l’aire tibétaine », et renouvelée sous ce nom jusqu’à son regroupement au sein de l’UMR 8155, au 1er janvier 2006. Elle a cherché, depuis sa création, à réunir des tibétologues relevant de toutes les disciplines afin de permettre une étude générale de l’aire tibétaine. C’est dire que la pluridisciplinarité y est une pratique quotidienne.

Le champ des études couvert par la définition de l’équipe déborde largement les régions tibétaines faisant partie de la République populaire de Chine (Région Autonome du Tibet, province du Qinghai, des parties des provinces du Gansu, du Sichuan et du Yunnan) et comprend également certaines régions himalayennes de culture tibétaine (le Ladakh en Inde, le Mustang au Népal et le royaume du Bhoutan). Il faut y ajouter les « traces » tibétaines que l’on trouve encore à l’extérieur de l’aire ainsi délimitée (par exemple à Dunhuang), qui donnent la mesure, du point de vue de l’archéologie et de l’histoire, en particulier de l’histoire de la pensée, des contacts que le Tibet a toujours entretenus avec les civilisations asiatiques voisines.

Si ces contacts de longue date impliquent une zone de diffusion tibétaine très large, ils expliquent également le nombre et la diversité des influences qui ont contribué, directement ou indirectement, à la formation de la civilisation tibétaine. Certes, l’histoire et la société tibétaines classiques constituent le fondement des études, mais les menaces qui pèsent sur certaines traditions et l’irruption de la modernité dans l’aire tibétaine nécessitent de la part des chercheurs un effort accru dans l’étude de son évolution récente et un regard attentif posé sur son avenir.

Activités

Les axes de recherche collectifs et les travaux qui en sont issus s’inscrivent dans ces grandes perspectives thématiques. Dans le domaine de l’histoire et des courants de pensée, en particulier du Bouddhisme et du Bon, l’aire tibétaine a préservé, à côté de très importantes traditions orales, une immense quantité d’écrits, encore mal évaluée. L’équipe travaille donc sur l’histoire de ces textes, leurs sources, leur évolution ; elle a étudié notamment les documents tibétains découverts dans l’oasis de Dunhuang, datant du VIIe au XIe siècles, et dont l’importance pour l’histoire du bouddhisme et de la société en Haute Asie est considérable. Elle s’intéresse également à l’archéologie et la culture matérielle des régions qu’elle étudie.

Le TBACT se consacre par ailleurs à l’étude de l’histoire sociale de l’aire culturelle tibétaine et du Bhoutan sur la longue durée et à l’analyse des systèmes administratifs et légaux de différents centres de cette aire culturelle. Enfin, elle étudie les rituels, en associant les approches anthropologique, historique et textuelle. Il arrive que ces trois types d’études soient possibles conjointement, comme c’est le cas pour le programme Bhoutan. Ces axes généraux permettent le renouvellement des thèmes (cf. programmes de recherche).

Parmi les activités régulières de l’équipe, on doit citer aussi le Séminaire Rituels et la publication de la Revue d’Études Tibétaines.

Coopérations nationales et internationales

Nombre de ces travaux sont conduits en collaboration avec l’équipe Civilisation chinoise de l’UMR, et avec des unités de recherche en France (Ex : Centre d’études himalayennes UPR 299 et composante Tibet-Népal-Mongolie (TINEMO) de l’équipe ASIEs de l’INALCO) et à l’étranger, dans le cadre de projets internationaux (Programme franco-allemand ANR/DFG Social History of Tibetan Societies, Mission Archéologique Franco-Indienne au Ladakh-MAFIL avec l’Archaeological Survey of India), ainsi que des collaborations avec l’Université de Vienne, l’Université de Chicago, Royal University of Bhutan, etc.).

Formation

Une formation de niveau Master et Doctorat est assurée par les enseignants-chercheurs de l’équipe dans le cadre de leur enseignement à l’EPHE : http://www.ephe.sorbonne.fr/formations/
Pour le programme d’études asiatiques voir en particulier : http://www.ephe.sorbonne.fr/formations/master-shpr-eema-etudes-asiatiques.html
Pour les cours dans le domaine des études tibétaines voir en particulier :
http://www.ephe.sorbonne.fr/details/2526-bruneau-laurianne-initiation-aux-arts-et-a-larcheologie-de-la-haute-asie.html
http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1965-kapstein-matthew-religions-tibetaines.html
http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1967-ramble-charles-histoire-et-philologie-tibetaines.html

Historique

Les origines de l’équipe Tibet, Bhoutan et aires culturelles tibétaines remontent à l’année 1983, lorsqu’une « Jeune équipe » (JE 420006) intitulée « Dialectes tibétains et langue populaire », fut créée sous la direction d’Anne-Marie Blondeau, Directeur d’études à l’EPHE. En 1986, cette équipe était transformée en Unité de recherche associée (URA 1229) sous le nom « Langues et cultures de l’aire tibétaine », toujours sous la direction d’Anne-Marie Blondeau. En 1998, l’unité devenait une Unité propre de l’enseignement supérieur associée au CNRS (ESA 8047), puis une Unité mixte de recherche (UMR 8047, puis UMR 7133), portant le même nom de « Langues et cultures de l’aire tibétaine », sous la direction d’Anne Chayet, Directeur de recherches au CNRS jusqu’en 2001, puis de Françoise Pommaret, alors Chargée de recherches au CNRS jusqu’en 2005. En 2006, « Langues et cultures de l’aire tibétaine » était regroupée au sein de l’UMR 8155, avec pour directeur adjoint Anne Chayet (2006-2008), puis Jean-Luc Achard (2008-2009), Chargé de recherches au CNRS. À partir de 2006, l’« équipe Tibet », rebaptisée « TBACT » en 2013, fut dirigée par Jean-Luc Achard (2006-2009), puis Matthew Kapstein depuis 2009.

Les anciens membres statutaires de l’équipe Tibet, Bhoutan et aires culturelles tibétaines sont : Pierre Arènes, Anne-Marie Blondeau, Anne Chayet, Ricardo Canzio, Ngawang Dakpa, Yonten Gyatso, Yoshiro Imaeda, Françoise Robin, Brigitte Steinmann et Heather Stoddard.