CNRS

Rechercher




Accueil > Events > Seminars and Lectures

Séminaire doctoral

publié le , mis à jour le

Vendredi 27 mars
14h -16h
Salle 1

Collège de France
52, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Benjamin RINGARD, doctorant sous la direction de Alain Thote (Section IV, EPHE), fera une présentation sur le sujet suivant :
Analyse d’un cimetière de la dynastie des Han des alentours de Chang’an
(Shaanxi, Chine).

Résumé :
Étape cruciale de l’histoire de Chine, la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 A.D.) succède à celle des Qin, marquant la continuité d’un pouvoir impérial unifié et la cristallisation d’une organisation sociale, administrative et intellectuelle qui servira de modèle aux dynasties postérieures. Le considérable corpus de textes transmis de la période des Han nous donne une approche à la fois riche et limitée de celle des élites lettrées. Pour pallier cela, les découvertes archéologiques jouent un grand rôle afin de compléter les connaissances sur la société Han, à travers l’étude de l’imposant corpus de vestiges mis au jour depuis quelques dizaines d’années.
Mon travail dans le cadre de la thèse consiste à l’analyse et l’interprétation des données de l’archéologie funéraire de la région de Chang’an, première capitale impériale des Han, par l’approche statistique de la grande quantité d’informations disponible. La présentation portera sur un exemple particulier, un cimetière d’une centaine des tombes, en se concentrant sur les différents aspects de l’analyse, les premiers résultats qui en ressortent et les problèmes qui apparaissent.


Liang ZHONG, doctorant sous la direction de Marc Kalinowski (Section IV, EPHE) fera une présentation sur le sujet suivant :
La société de Chu au 4e siècle avant notre ère d’après les manuscrits administratifs, divinatoires et sacrificiels de Baoshan (Hubei, Chine).

Résumé :
Le royaume de Chu, établi sur le fleuve Bleu entre le 8e et le 3e siècle avant notre ère, était centré sur la province actuelle du Hubei où se trouvait sa capitale détruite en 278 avant notre ère par le royaume de Qin, fondateur du premier empire en 221. Jusqu’au début du vingtième siècle, notre connaissance de ce pays reposait sur des sources de « seconde main » : principalement une historiographie officielle élaborée dans les centres de civilisation situés plus au nord, dans des régions arrosées par le fleuve Jaune souvent en conflit ouvert avec leur voisin méridional. Les fouilles entreprises depuis les années 1970 ont conduit à la mise au jour d’un nombre toujours croissant de manuscrits issus de sépultures appartenant à des familles de nobles et de magistrats locaux de Chu. Ces documents donnent accès à une tradition scripturaire presque entièrement inédite dont l’existence n’était jusqu’alors attestée que par des citations éparses dans les textes transmis et par les titres d’ouvrages répertoriés dans le catalogue des bibliothèques impériales de la fin du 1er siècle avant notre ère.
Le corpus que j’entends étudier dans ma thèse est constitué en premier lieu par les manuscrits sur lamelles de bambou de Baoshan 包山, découverts en 1987 dans une tombe située près de l’ancienne capitale de Chu (l’actuelle Jiangling). A travers les documents inhumés avec le défunt – un inventaire funéraire, des recueils de cas judiciaires et des rapports divinatoires et sacrificiels – ce sont les derniers jours du défunt, un certain Shao Tuo membre de la lignée royale de Chu, que je me propose d’examiner. Les manuscrits de Baoshan permettent également de mieux comprendre la société de Chu à l’époque, son écriture si particulière, ses pratiques administratives et surtout, en ce qui me concerne, la vie quotidienne de ses élites, leurs idées et leurs pratiques religieuses. J’espère ainsi pouvoir à terme mettre en lumière les caractéristiques propres à la culture de Chu par rapport à celles de centres de civilisation du nord, notamment le puissant royaume de Qin.

Contacts : Arnaud Bertrand : a.bertrand517@gmail.com & Mengying He : hemengying1126@hotmail.com