CNRS

Rechercher




Accueil > Fiches Programmes > Programmes Chine

Identités et conduites lettrées dans la Chine des Song (960-1279)

publié le , mis à jour le

Responsables : Alain Arrault (EFEO, CECMC-UMR 8173), Stéphane Feuillas (Université Paris-Diderot, CRCAO), Christian Lamouroux (EHESS, CECMC-UMR 8173)

Membres titulaires : Roger Darrobers (Université de Nanterre), Jean-Claude Pastor (Université Bordeaux 3)
Membres associés : Yannick Bruneton (UMR 8173-CRC), Michela Bussotti (EFEO), Frédéric Wang (INALCO, centre Chine)
Doctorants : Guillaume Dutournier, Zhang Chao
Post-doctorante : Maud M’Bondjo
Collaboration internationale : Hans van Ess (Institut für Sinologie, Ludwig-Maximilians- Universität, München), Fabian Heubel (Academia Sinica, Taipei), Huang Kuan-min (Academia Sinica, Taipei), Michael Lackner (International Consortium for Research in the Humanities, Friedrich-Alexander-Universität, Erlangen-Nürnberg), Kai Marchal (Philosophy Department, Soochow University,Taipei).

Le programme « Identités et conduites lettrées dans la Chine des Song (960-1279) » se donne pour objectif d’étudier les multiples facettes de la figure du lettré sous cette dynastie. Ce qui la caractérise en effet, par contraste avec d’autres dynasties, est la revendication très tôt affirmée par les lettrés d’une position hégémonique dans la société et un souci permanent de distinction très largement dus au sentiment d’appartenance à une élite (dont sont responsables le formatage des examens et l’engagement éthique). Il s’agira donc de travailler, en réunissant tous les spécialistes français des Song en France et en mobilisant leurs compétences (littéraires, philosophiques, techniques sur l’administration, la religion ou les branches du savoir), sur les différentes représentations que se font les lettrés de leur mission et de la définir par opposition avec d’autres périodes de la vie lettrée en Chine mais aussi par contraste avec d’autres pratiques plus actuelles (intellectuel, chercheur). Il s’agira aussi de tenter de synthésiser en parallèle avec d’autres travaux en cours (traduction du Mengxi Bitan de Shen Gua par exemple) les représentations mentales de ces lettrés.
Cette orientation s’appuiera essentiellement sur deux types de textes, encore peu mobilisés dans ce cadre : les sources poétiques, d’une part, seront envisagées moins comme textes strictement littéraires que comme matériaux ouvrant sur des pratiques lettrées spécifiques : liens entre la poésie et la correspondance ou entre poésie et philosophie, poésie comme expression et lieu de la sociabilité lettrée (jeux, valeur sociale et construction de réseaux), comme espace de savoir ; « ritualisation » de la connaissance (maturation du savoir, production d’écriture, conditionnement spatial, mental et rituel).
L’importante littérature des recueils de varia ou « Notes au fil du pinceau » (biji 筆記), genre qui trouve sa maturité sous les Song, sera l’occasion d’examiner comment s’articulent dans la mentalité lettrée les relations entre la transmission d’une culture savante et l’irruption de « l’anecdotique » ou de « l’hétérodoxe », comment la variété des émotions, des expériences et la confrontation constante avec la culture populaire en particulier ou avec les religions constituées modifient et alimentent la reconfiguration des conduites et des savoirs lettrées. Seront abordés dans ce cadre les rapports entre la production privée et la production officielle, entre démarche collective et individuelle, ou encore la tentation lettrée de la « retraite ».
Ces multiples thématiques articulées sur des pratiques d’écriture visent à retrouver les conditions d’appropriation et de restitution des savoirs qui ont permis au sein même du milieu lettré de qualifier les conduites sur un plan éthique et de ce fait de produire une nouvelle image de « l’homme accompli » ; elles tendent aussi à définir le « capital social » qui s’est construit en lien permanent avec la fonction publique aussi bien au niveau local que dans les instances du pouvoir à la cour et dans les administrations centrales.

Actions prévues :

- Séminaire à l’Université Paris-Diderot
- Séances préparatoires mensuelles ouvrant sur quatre journées d’études
- Organisation d’un colloque international avec publications des actes
- Publication d’un ouvrage destiné à un public large sur la vie lettrée sous les Song (Christian Lamouroux et Stéphane Feuillas)