CNRS

Rechercher




Accueil > Membres > Permanents

Rainier LANSELLE

publié le , mis à jour le

Rainier LANSELLE

藍碁

Directeur d’études

Ecole Pratique des Hautes Etudes
IVe Section, Sciences Historiques et Philologiques
"Histoire et philologie de la Chine classique"

En délégation CNRS auprès du CRCAO pour l’année 2015-2016

Courrier

CRCAO - UMR 8155
C/o Instituts d’Extrême-Orient
Collège de France
52 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris - FRANCE

Mails

- rainier.lanselle@college-de-france.fr
- rlanselle@gmail.com



Thèmes de recherche

Principales orientations

• Mon travail de recherche est centré sur l’histoire et les problématiques de la littérature chinoise classique, spécifiquement la littérature d’imagination et de récit du classicisme tardif (dynasties Yuan, Ming et début Qing, XIIIe-XVIIIe siècles), en langue vulgaire et en langue classique : roman, conte, théâtre, recueils de récits, poésies lyrique et narrative. Il se réfère à la tradition théorique et critique du monde lettré chinois traditionnel, telle que véhiculée par exemple dans les éditions anciennes commentées, et accorde une attention particulière aux filiations textuelles et à la circulation des thèmes entre genres littéraires. Dans ce domaine, j’ai effectué au cours de ma carrière nombre de travaux d’érudition, tels qu’inventaires descriptifs de sources romanesques (conte du genre huaben, autour du XVIIe siècle), ou de recherches bibliographiques d’édition rares (au Japon et en France). L’analyse des sources et des procédés de réécriture dans le contexte de la diglossie chinoise entre langue classique et langue vernaculaire constitue l’un de mes principaux centres d’intérêt.

• A mon activité de recherche s’est ajouté la publication de nombre de traductions savantes avec travail d’édition et d’annotation, concernant le conte en langue vulgaire, le théâtre, ainsi que la poésie. Parmi ces traductions : les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan, ca. 1640), dans la Bibliothèque de la Pléiade ; Le Pavillon de l’ouest (Xixiang ji, ca. 1300), la première des grandes pièces chinoises classiques ; édition et traduction de la partie « Dynastie des Yuan (1271-1368) » dans l’Anthologie de la poésie chinoise (Bibliothèque de la Pléiade). Mon prochain objectif de traduction à moyen terme est la traduction annotée de la pièce de Kong Shangren (1648-1718), L’Eventail aux fleurs de pêchers (Taohua shan).

• Les textes sur lesquels je travaille ou que je traduis correspondent à des états très divers de la langue chinoise, qu’il s’agisse du chinois vernaculaire du XIIIe au XVIIIe siècle, de la prose classique, de la langue des contes en classique ou des recueils de notes diverses (biji), ou bien de la littérature critique (commentaires classiques, préfaces).

• A travers la littérature de récit, l’un de mes axes de recherche a trait à l’exploration des formes d’expression de la subjectivité, que ceci concerne les discours amoureux ou bien les procédés par lesquels un même thème sert des objectifs discursifs différents selon le genre littéraire dans lequel il est vectorisé (en chinois classique ou vernaculaire, en vers ou en prose, sous forme de conte, roman ou pièce de théâtre). Dans cette optique, j’ai fait usage de moyens d’analyse issus de la psychanalyse (rapport entre subjectivité et langue) et du domaine des études de la traduction — la notion de traduction intralinguistique me servant pour appréhender des mécanisme de réécriture entre des états différents de la langue chinoise.

• Je me suis également intéressé aux enjeux de la traduction interlinguistique (problèmes liés à la traduction des concepts modernes entre le chinois et d’autres langues), ainsi qu’à des thématiques interculturelles, notamment autour des questions de subjectivité (compatibilités de l’héritage culturel chinois avec des concepts issus des psychologies occidentales).

• Actuellement, mon principal chantier de recherche personnel (2015-2016) est la préparation d’une monographie sur les représentations et l’imaginaire du suicide dans la Chine de la période considérée (XIIIe-XVIIIe siècles). En explorant certains thèmes ou séquences récurrents relatifs au suicide, dans les littérature d’imagination principalement, il s’agira de mieux comprendre l’imagi-naire du discours suicidaire, thème littéraire majeur de la période du classicisme tardif, dans ce cadre historique et culturel déterminé.

Publications principales

Ouvrage

  • Lanselle Rainier, Le Sujet derrière la muraille – A propos de la question des deux langages dans la tradition chinoise, Toulouse, Erès, 2004, 119 p.

Traductions

2015

  • Lanselle Rainier (trad., intro. & notes), « Dynastie des Yuan (Mongols, 1279-1368) », in Rémi Mathieu (éd.), Anthologie de la poésie chinoise, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2015, p. 761-875 et 1392-1422.
  • Wang Shifu 王實甫 (fl. 1297-1307) et Lanselle Rainier (trad., intro. & notes), Le Pavillon de l'ouest (Xixiang ji 西廂記), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », 2015, 406 p.

2009

  • Pu Songling (Prénom), Trois Contes étranges, traduit par Rainier Lanselle, Paris, PUF, coll. « "Sources" (Trois contes de Pu Songling 蒲松齡, Liaozhai zhiyi 聊齋志異 : 11.3 (Lz415) « Shuchi » 書癡, « Le fou des livres » ; 11.4 (Lz416) « Qitian dasheng » 齊天大聖, « Le Grand-saint Egal du Ciel » ; 11.3 (Lz417) « Qingwa shen » 青蛙神, « Le Dieu Grenouille », présents dans le fragment manuscrit conservé à la Fondation Martin Bodmer, Genève. Vol. 1 : Traduction annotée avec introduction ; vol. 2 : Fac.-sim. du fragment de la collection Bodmer.) », 2009, vol. 2/, 120+22 p.

1999

  • Anon. [Zhuoyuanting zhuren 酌元亭主人] , Le cheval de jade. Quatre contes chinois du XVIIe siècle [Zhao shi bei 照世盃], traduit par Rainier Lanselle, Arles, Philippe Picquier, 1999, 291 p.

1996

  • Anon. , Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan 今古奇觀), traduit par Rainier Lanselle, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1996, LXI+2104 p.

1992

  • Gan Bao 干寶 , « Chap. III & IX du Sou shen ji 搜神記 (Traduction annotée) », in Rémi Mathieu (éd.), A la recherche des esprits. Récits tirés du Sou shen ji, traduit par Rainier (trad. & notes) Lanselle, Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », 1992, p. 59-70 ; 119-123 ; 238-244 ; 268-270.

1991


  • (Anthologie) , Le poisson de jade et l'épingle au phénix. Douze contes chinois du XVIIe siècle, traduit par Rainier Lanselle, 2e éd., Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », 1991, 457 p.

Articles

2014

  • Lanselle Rainier, « Shifting Practices as an Effect of Shifting Language: The Case of the Acclimatation of the Psychoanalytical Discourse into Chinese », in Antoine Cazé et Rainier Lanselle (éd.), Translation in an International Perspective: Cultural Interaction and Disciplinary Transformation, Bern, New York, Peter Lang, 2014, p. 131-147.

2011

  • Lanselle Rainier, « Prendre la parole : Le théâtre du Bord de l'eau », in Claire-Akiko BrissetArnaud Brotons et Daniel Struve (éd.), De l'épopée au Japon : Narration épique et théâtralité dans le Dit des Heike, Paris, Riveneuve, coll. « Actes académiques - Série japonaise », 2011, vol. (Actes du colloque "Autour du Dit des Heike : narration épique et théâtralité", 8 juin 2008)/, p. 173-205.

2010

  • Lanselle Rainier, « La Chine des psychanalystes français », Etudes chinoises, , hors-série : "Etudier et enseigner la Chine" (Actes choisis du colloque international "Assises des études chinoises. La sinologie introuvable ?", Paris, 13-14 nov. 2009), p. 314-324.
  • Lanselle Rainier, « Quelle langue pour quel savoir ? A propos de la prédominance de la culture lettrée en Chine dans la période postérieure aux Song », in Annick Horiuchi et Daniel Struve (éd.), Pratiques lettrées au Japon et en Chine, XVIIe-XIXe siècle, (Actes de la journée d'étude "Savoirs et Pratiques des Lettrés au Japon et en Chine", mai 2005)., Paris, Les Indes Savantes, Université Paris-Diderot, 2010, p. 11-43.
  • Lanselle Rainier, « Le sujet chinois dans la demande de la psychanalyse », in Frédéric Wang (éd.), Le choix de la Chine d'aujourd'hui, entre la Tradition et l’Occident, (Actes du colloque international "Le Choix de la Chine actuelle : entre la tradition et l’Occident", 26-27 nov. 2004)., Paris, Les Indes Savantes, 2010, p. 17-37.

2009

  • Lanselle Rainier, « Le malentendu, comme de juste (Contribution à partir de la Chine classique) », in Julia Kristeva (éd.), Guerre et paix des sexes, (Actes du colloque "Guerre et paix des sexes. Femmes, hommes, sexes, genres : approches de la différence sexuelle", 11-15 sept. 2006)., Paris, Hachette, 2009, p. 73-80.

2008

  • Lanselle Rainier, « Le sujet mutique et la métaphore de la pierre », in Cécile Sakai et Daniel Struve (éd.), Regards sur la métaphore, entre Orient et Occident, (Actes du séminaire "Métaphore et genre", 2003-2005)., Arles, Picquier, 2008, p. 83-106.

2006

  • Lanselle Rainier, « “Je pleure sur ce jade qu’on appelle pierre” – La voix de la plainte dans la tradition littéraire de la Chine classique », Figures de la psychanalyse – Logos Anankè, , nᵒ 2, p. 205-221.

2005

  • Lanselle Rainier, « La part d’insaisissable. A propos de la place de la littérature chinoise classique en France », L’Infini, p. 123-33.

2004

  • Lanselle Rainier, « L’autre comme “imbécile” : le système clos de la critique comme opération d’inclusion/exclusion », Extrême-Orient Extrême-Occident, , nᵒ 26, "De la difficulté de juger – Quelques ressources du mode critique en Chine et au Viêt Nam", p. 139-161.
  • Lanselle Rainier, « Stratégies romanesques ? Des difficultés du discours édifiant dans les récits en langue vulgaire au XVIIième siècle », in Catherine Despeux et Christine Nguyen-Tri (éd.), Education et instruction en Chine, III : Aux marges de l’orthodoxie, (Actes du colloque « Education et instruction en Chine », 29.6-2.7 1999)., Paris, Louvain, Peeters, coll. « Centre d’Etudes Chinoises, Bibliothèque de l’INALCO », 2004, p. 99-123.
  • Lanselle Rainier, « Comment peut-on être romancier ? A propos des conditions de l’écriture romanesque en Chine aux alentours du XVIIe siècle », in Daniel Struve (éd.), Autour de Saikaku, le roman en Chine et au Japon aux XVIIe et XVIIIe siècles, (Actes de la journée d'étude "Autour de Saikaku", mars 2002)., Paris, Les Indes savantes, Université Paris 7 Denis-Diderot / Groupe de Recherches sur le Japon en sciences sociales et humaines (GReJa), coll. « Etudes Japonaises », 2004, p. 95-111.

2003

  • Lanselle Rainier, « “La fille est forte. Ne pas l’épouser.”, ou les inconforts du désir − Notes de lecture du Rêve du Pavillon rouge », Cahiers du Centre Marcel-Granet, , Du Pouvoir, p. 151-193.
  • Lanselle Rainier, « Sur le mode de l’indirect : d’un art chinois de la lecture », in Thierry Marchaisse (éd.), Dépayser la pensée, Dialogues hétérotopiques avec François Jullien sur son usage philosophique de la Chine, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2003, p. 171-210.

Comptes-rendus

2015

  • Lanselle Rainier, « Compte-rendu sur Jiang Tao et Philip J. Ivanhoe (2012), <i>The reception and rendition of Freud in China: China’s Freudian slip</i> », Etudes chinoises, , nᵒ 2, p. 312-319.

2013

  • Lanselle Rainier, « Compte-rendu sur Wandering Spirits: Chen Shiyuan’s Encyclopedia of Dreams. Translated and edited by Richard E. Strassberg (2008) », Bulletin de l'Ecole Française d'Extrême-Orient (BEFEO), , nᵒ 97-98, p. 459-463.

2010

  • Lanselle Rainier, « Compte-rendu sur Keith McMahon (2009). Polygamy and Sublime Passion: Sexuality in China on the Verge of Modernity », Etudes chinoises, , nᵒ 29, p. 357-362.

2009

  • Lanselle Rainier, « Compte-rendu sur Vincent Durand-Dastès (2008), La Conversion de l'Orient. Une pérégrination didactique de Bodhidharma dans un roman chinois du XVIIe siècle », Etudes chinoises, , nᵒ 28, p. 253-259.
  • Lanselle Rainier, « Compte-rendu sur Philippe Porret (2008), La Chine de la psychanalyse », Etudes chinoises, , nᵒ 28, p. 337-342.

Article dans des encyclopédies ou dictionnaires

2000 : Articles in Dictionnaire de littérature chinoise, éd par. André Lévy (Extrait de l’édition originale in Dictionnaire universel des littératures, même éditeur, 1994), Quadrige - Référence, Paris, Presses Universitaires de France :

  • « Caizi jiaren xiaoshuo (才子佳人小說) (Romans de la belle et du lettré) », p. 23-24.
  • « Erotique (littérature chinoise) », p. 72-75.
  • « Haoqiu zhuan 好逑傳 (Histoire de la bonne compagne) », p. 109.
  • « Jin Shengtan (金聖歎) (1610-1661) », p. 137-138.
  • « Jingju 京劇 (Jingxi 京戲, Théâtre de Pékin) », p. 139-140.
  • « Li Kaixian (李開先) (1502-1568) », p. 169-170.
  • « Li Ruzhen (李汝珍) (ca. 1763-1830) », p. 172-174.
  • « Li Yu (李漁) (1611-1680) », p. 178-181.
  • « Li Zhi (李贄) (1527-1602) », p. 180-181.
  • « Qilu deng (歧路燈) (La Lampe à la croisée des chemins) », p. 251-252.
  • « Sui Tang yanyi 隋唐演義 (Histoire épique des Sui et des Tang) », p. 288-289.
  • « Wu Woyao (吳沃堯) (1866-1910) », p. 330-331.
  • « Xingshi yiyuan zhuan (醒世姻緣傳) (Destins matrimoniaux propres à éveiller le monde) », p. 349-350.
  • « Xiyou bu (西遊補) (Complément à la Pérégrination vers l’Ouest) », p. 350-351.
  • « Yu Jiao Li (玉嬌梨) (Shuang mei qiyuan 雙美奇緣) (La singulière union de deux beautés) », p. 387-388.
  • « Zaju (雜劇) (Théâtre varié) », p. 391-393.

Enseignements en cours

2015-2016

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES
IVe section, Sciences historiques et philologiques

  • Conférence : « Histoire et philologie de la Chine classique » (à partir de décembre 2015)

1. Représentations et imaginaire du suicide dans la Chine prémoderne.

2. Sources classiques des récits en langue vulgaire : entre traduction et réécriture (le cas des contes du genre huaben, XVIIe siècle).

  • Cours de Master (à partir de février 2016)

Entraînement à la lecture et à la traduction du chinois classique à partir des littératures de prose et de récit.

Bibliographie complète

Liste complète des communications à conférences et colloques

(En date de septembre 2015, document PDF)

Cliquez sur le lien ci-dessous