CNRS

Rechercher




Accueil > Membres > Permanents

Daniel STRUVE

publié le , mis à jour le

Daniel STRUVE

Maître de conférences

Université Paris Diderot

- daniel.struve@univ-paris-diderot.fr



Mes recherches portent principalement sur la littérature de l’époque d’Edo (17e – 19e), plus particulièrement sur l’œuvre du romancier Ihara Saikaku (1642-1693), notamment dans ses rapports avec les Heures oisives d’Urabe Kenkô.
La poétique de Saikaku puise ses racines dans la tradition classique, transmise à travers la poésie haikai. L’assimilation active de la culture classique par les nouvelles élites urbaines du 17e siècle lui sert d’arrière plan, ainsi que la culture orale, celle notamment des théâtres et des quartiers de plaisirs, avec leur art de la conversation, leur tradition du jeu et du rire. Elle est en outre étroitement liée au développement de l’imprimerie et de l’édition commerciale. Il s’agit d’aborder l’œuvre de Saikaku en prenant en compte l’ensemble de ces dimensions et en la replaçant dans le mouvement général de la littérature de l’époque d’Edo.
En prolongement de ces travaux sur la littérature de l’époque d’Edo, je m’intéresse plus généralement à la poétique du genre romanesque (monogatari) et au discours sur le roman dans le Japon ancien, en particulier aux questions de la scène de roman et de l’art de parler ou monoihi, qui sert d’arrière-plan à l’invention romanesque.

Publications principales

Ouvrages

Ihara Saikaku, un romancier japonais du XVIIe siècle. Essai d’étude poétique, Paris, PUF, coll. « Orientales », 2001
Littérature japonaise, avec Jean-Jacques Tschudin, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2008.

Ouvrages collectifs

Études japonaises, textes et contextes, Commémoration du 50e anniversaire de la fondation de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, avec S. Matsuzaki-Petitmengin et C. Sakai, Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, Paris, Édition De Boccard, septembre 2011.
De l’Épopée au Japon : Narration épique et théâtralité dans le Dit des Heike, avec C.Brisset et A.Brotons , coll. « Actes académiques », Paris, Riveneuve éditions, novembre 2011.
Rameaux noués, hommage à Jacqueline Pigeot, avec C.Sakai, Sumie Terada, Michel Vieillard-Baron Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, Paris, Édition De Boccard, juin 2013.

Articles

« Les recueils comiques de kyôka : l’exemple du Tokugawa go manzai shû », dans L’Anthologie poétique en Chine et au Japon, Extrême-Orient Extrême-Occident, 25, 2003.
« Les Heures oisives et le XVIIe siècle » in Éloge des sources, reflets du Japon ancien et moderne, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2004.
« Les traditions secrètes chez Matsunaga Teitoku et Ihara Saikaku » in Benkyô-kai, 1, 2005, p. 247-265.
« Shakuyô to kumikomi, Ihara Saikaku no Kôshoku seisuiki 5 no 1 o kangaeru (Emprunt et assimilation, à propos du chapitre V,1 des Chroniques galantes de grandeur et de décadence d’Ihara Saikaku) » in Kyôkai o koeru nihonbungaku (La Littérature japonaise par-delà les frontières), Actes du Colloque international franco-japonais « La littérature japonaise au-delà des frontières » organisé par l’IHEJ, l’UMR 8155 et l’Institut National de Littérature Japonaise, Tôkyô, mars 2007, p. 18-23.
« Kôshoku ichidai onna to Tsurezure gusa (La Vie d’une amie de la volupté et les Heures oisives) » in Risshô daigaku kokugo to kokubun, 45, mars 2007.
« Kôshoku ichidai onna no ittenkyo to shite no Kume no sennin no setsuwa (L’anecdote au sujet de l’immortel Kume comme source de Vie d’une amie de la volupté) » in Ajia yûgaku, 98, Tôkyô, Benseisha, juin 2007.
« Temps et espace dans Ochikubo monogatari », in Cipango, Hors-Série « Autour du Genji », 2008.
« La métaphore chez Bashô », dans Regards sur la métaphore, entre Orient et Occident, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2008.
« Ou istokov povesteï o gorojanakh Ihara Saikaku » (Aux sources des contes marchands d’Ihara Saikaku, en russe), in Pis’mennye Pamiatniki Vosktoka (Monuments écrits de l’Orient), Saint-Pétersbourg, Institut des Manuscrits Orientaux, 10, printemps-été 2009.
« Kaimami, bungaku no jôtô to sono hensô » (Vision dérobée : un lieu commun et ses variations), in Genji monogatari no tômeisa to futômeisa (Opacité et transparence dans le Roman du Genji), Fujiwara K. et Sumida T. éd., Tôkyô, Seikansha, 2009.
« Saikaku ni okeru kane to iro no ronri. Tsurezuregusa to no kankei o chûshin ni shite » (Les logiques de l’argent et de l’amour dans l’œuvre Saikaku, à travers son rapport aux Heures oisives) in Saikaku to ukiyozôshi kenkyû 3, Kasama shoin, 2010.
« La fiction dans la littérature du Japon classique » dans Fiction et cultures, F. Lavocat et A. Duprat (dir.), coll. « Poétiques comparatistes », SFLGC, 2010.
« La métaphore dans l’Introduction à l’art d’écrire de Kaiho Seiryô », in Pratiques lettrées au Japon et en Chine (XVIIe –XIXe siècles), Annick Horiuchi éd., Les Indes Savantes, 2011.
« La lettre dans la Vie d’une amie de la volupté de Saikaku », in Études japonaises, textes et contextes, Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, Édition De Boccard, 2011.
« Récits de fins exemplaires – narration épique et scénicité » in De l’Épopée au Japon : Narration épique et théâtralité dans le Dit des Heike, coll. « Actes académiques », Riveneuve éditions, 2011.
« Le récit guerrier au Japon », dans Épopées du monde. Pour un panorama (presque) général, Ève Feuillebois-Pierunek (dir.), coll. « Rencontres », Paris, Classiques Garnier, 2012.
« Le narrateur dans les tragédies bourgeoises de Chikamatsu », in Rameaux noués, hommage à Jacqueline Pigeot, Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, Paris, Édition De Boccard, 2013.
« Genji monogatari Hahakigi no maki o tôshite miru monogatari kan » (Le chapitre Arbre-mirage et la réflexion sur le roman dans le Roman du Genji), in Monogatari no gengo, jidai o koete (La parole romanesque à travers le temps), Tôkyô, Seikansha, 2013.
« Danpen to shite no fumi – Saikaku to shokantai monogatari » (La lettre comme fragment : Saikaku et le roman de forme épistolaire), in Shû to danpen (Collection et fragment), Tôkyô, Benseisha, 2014.
« Genji o yaku su - Honyaku ga tarashidasu Genji monogatari » (Traduire le Genji : Le Roman du Genji à la lumière de la traduction), in Nichifutsu hon.yaku kôryû no kako to mirai, Kurubeki bungei kôwakoku ni mukete, Nisginaga Yoshinori al. éd., Taishûkan shoten, 2014.
« Stolen Glimpses : Convention and Variations », in Cipango, French Journal of Japanese Studies (English selection), 2014.
« Haikai futsuyaku no senkusha Matsuo Kuninosuke to Émile Steinilberg-Oberlin. Kikaku no haikai o chûshin ni »(Matsuo Kuninosuke et Emile Steinilberg-Oberlin, pionniers de la traduction du haikai. Autour de « Haikai de Kikaku »), Ryôtaisenkan no Nichifutsu bunka kôryû, Revue Franco-Nipponne Bekkan (Le contacts culturels entre la France et le Japon entre les deux Guerres), Yumani shobô, 2015.
« Gurôbaruka to Nihon bungaku no kenkyû : Mihairu Bafuchin no shôsetsu ron to Saikaku » (Les études japonaises à l’heure de la globalisation : la théorie du roman de M. Bakhtin et Saikaku), in Hikaku Nihongaku kyôiku kenkyû sentâ kenkyû nenpô, Universtié Ochanomizu, 2015.
« À propos de la prose poétique de Bashô », in La poésie, entre vers et prose, Christine Dupouy édit., Presses Universitaires François Rabelais, févr. 2016.
« Saikaku bannen no kôshoku mono ni okeru otoko no sugata to katari ni okeru kinô » (Aspect et fonction narrative des personnages masculins dans les contes amoureux tardifs de Saikaku), in Mô hitotsu no Nihon bungaku shi (Pour une autre histoire de la littérature japonaise), Ajia yûgaku, vol.195, mars 2016.
« Saikaku Ôyakazu to Saikaku bungaku ni okeru idô to henkan » (Le recueil de haikai Saikaku Ôyakazu : mouvement et transformation dans l’œuvre de Saikaku, à paraître en 2016 dans Kotoba no majutsushi Saikaku, yakazu haikai saikô, Hitsuji shobô.

Dernières communications

« Mensonge et fiction dans le roman de l’époque de Heian » au colloque de la Société Asiatique « Vérité et mensonge dans les sociétés orientales » au Collège de France, Paris, 10/06/2013.
« Prose et poésie dans l’œuvre de Bashô » au colloque « Prose poétique » organisé par l’Université François Rabelais, Tours, 03/10/2013.
« Chikamatsu’s Taishokan : Japanese history in the jôruri theater », au colloque du Réseau européen de recherche sur l’époque d’Edo, au centre de CEJA de Kientzheim, 13/12/2013.
« The theatrality of the warrior tales : remarks on the introductory chapter of Shinkashôki », à la journée d’études « Représentations des guerriers dans le Japon de l’époque d’Edo », à Paris-Diderot, 13/03/2014.
« Traduire le Roman du Genji : Le Roman du Genji à la lumière de la traduction », intervention au colloque international « Traductions France-Japon ; histoire, actualité, perspective » à la Maison Franco-Japonaise, Tôkyô, 19/04/2014.
« Traduire le Roman du Genji, ou le wabun à l’épreuve de la traduction », exposé dans le cadre du groupe de travail « Traducteurs et traduction » à la Maison Suger, Paris, 28/12/2014
« Monogatari ron no shiten kara miru Saikaku » (Approche narratologique de Saikaku), conférence à l’Université de Keiô (Geibun gakkai), Tôkyô, 21/04/2014.
« L’image des paysans dans le Hyakushô bukuro de Nishikawa Joken », exposé à la journée d’études « Statuts et identités dans les sociétés prémodernes en Asie (17e-19e) », Université Paris-Diderot, 07/11/2015.
« Le Dit des Heike : une épopée japonaise ? », conférence à la Maison des Cultures du Monde, à l’occasion d’une représentation de Satsuma biwa (Ueda Junko), Paris, 21/11/2015.
« Représentations du guerrier dans le Japon de l’époque d’Edo », exposé au colloque « Guerre et histoire », organisé l’Académie des sciences morales et politique. dans le cadre du programme d’études « Guerre et société » (Fondation Simone et Cino Del Duca).
« Le personnage de Wankyû dans Vie de Wankyû », conférence à la Maison de la culture du Japon à Paris dans le cadre d’une représentation de Ninin Wankyû, 20/02/2014.
« Saikaku no bungaku ni okeru idô - idô suru shakai o han.ei suru shôsetsu (Mouvement dans l’oeuvre de Saikaku : roman reflétant une société en mouvement) », exposé au colloque « Hiraku Nihon, tojiru NIhon, ningen idôgaku kotohajime » à l’Université d’Ôsaka, 23/03/2016.

Traductions

Confucius, Inoue Yasushi, Stock, 1993.
Le vent se lève, Hori Tatsuo, L’arpenteur, 1993. Prix de traduction Pierre-François Caillé 1994.
Le Coupeur de roseaux, traduction, notice et notes dans Œuvres de Tanizaki Jun.ichirô, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1997..
Arashi vie et mort d’un acteur, Ihara Saikaku, traduction, préface et notes, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1999.
La lune de ce monde flottant, Ihara Saikaku, traduction, préface et notes, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2001.
Chroniques galantes, Ihara Saikaku, traduction, introduction et notes, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2004.