CNRS

Rechercher




Accueil > Fiches Programmes > Programmes Chine

Temples et communautés religieuses à Pékin, Capitale d’empire du XIIIe Au XXe Siècle

par Pons Philippe - publié le , mis à jour le

Responsables : Marianne Bujard

Inscription disciplinaire histoire religieuse et épigraphie

Participants :

Membres titulaires

Françoise Wang-Toutain, Pierre Marsone

Collaborateurs étrangers

Luca Gabbiani (EFEO - CECMC, UMR 8173), Vincent Goossaert (EPHE - GSRL), Ju Xi (Beijing Normal University - Institut de sociologie anthropologie religieuse), Luo Wenhua (Palace Museum - Palace Museum Research Center for Tibetan Buddhist Heritage), Wen Ming (Palace Museum - Palace Museum Research Center for Tibetan Buddhist Heritage), Ma Yunhua (Palace Museum - Palace Museum Research Center for Tibetan Buddhist Heritage), Guan Xiaojing (Académie des sciences sociales de Pékin - Institut d’études mandchoues), Wang Minqing (Académie des sciences sociales de Chine - Institut de littérature (textes et iconographie bouddhiques)), Wang Nan (Tsinghua University - School of Architecture), Wang Jun (Agence Chine Nouvelle)

Post-doctorants

Xie Lingqiong (CECMC, UMR 8173), Wang Huayan (CECMC-CCJ, UMR 8173 )

Doctorants

Lei Yang (EPHE - GSRL)

***

Le programme Temples et communautés religieuses à Pékin, capitale d’empire du XIIIe au XXe siècle porte sur les conditions de coexistence de plusieurs communautés distinctes attachées à différentes traditions religieuses et culturelles dans un espace unifié et central, Pékin, capitale d’empire durant sept siècles. L’étude des structures socioreligieuses de la ville et du rôle de l’empereur vise à éclairer la nature et le fonctionnement de ce qu’il convient d’appeler un véritable pluralisme religieux, voire un régime de tolérance. Loin d’être une pure enquête déconnectée des réalités contemporaines, cette recherche vise à offrir des pistes de réflexion, susceptibles d’enrichir la compréhension du défi que représentent en Europe la crise des États-nations et la cohabitation de populations porteuses de références culturelles et religieuses différentes, souvent conflictuelles. Le projet associe chercheurs et doctorants français de l’EPHE, de l’EHESS, de l’EFEO et du CNRS et chinois de plusieurs institutions de recherche et universités qui travaillent ensemble depuis plus de dix ans.

Production et actions scientifiques

a. Ce programme fait suite au programme Épigraphie et mémoire orale des temples de Pékin, histoire sociale d’une capitale d’empire commencé en 2004 dans le cadre de l’EFEO. Une documentation relative à 1500 temples de la ville de Pékin et plus de 600 inscriptions commémoratives a été constituée par une équipe franco-chinoise. Complétée par les enquêtes de terrain, la consultation des archives impériales et républicaine et la littérature, cette documentation fournit la base d’une publication au long cours (onze volumes) consacrée aux temples de Pékin et à leur histoire. Les deux tomes du volume 4 sont sous presse (1000 pages), les volumes 5, 6 et 7 sont en cours de rédaction pour être publiés dans les années 2018-2023.
b. Le travail d’enquête qui se poursuit à Pékin réunit enseignants et étudiants chinois et français et offre un cadre de formation par le biais du centre EFEO de Pékin qui se poursuivra dans les années qui viennent.
c. Le séminaire mensuel de lecture de stèles des temples de Pékin qui rassemble à Paris une quinzaine de professeurs et d’étudiants poursuivra son activité. La traduction des inscriptions donnera lieu à la publication d’un dossier d’épigraphie en français dans le Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, ainsi qu’à une monographie sur un temple impérial tibéto-bouddhique de Pékin, le Huguosi, étudié dans la longue durée.
d. Un colloque international, intitulé Souveraineté et patronage religieux en Asie orientale (XIIIe-XXe siècle), sera organisé à Pékin les 25-27 octobre 2018 par l’Ecole pratique des Hautes Etudes, l’Ecole française d’Extrême-Orient et le Palace Museum Research Center for Tibetan Buddhist Heritage. Réunissant une trentaine de participants européens, chinois et américains, il donnera lieu à la publication des actes en 2020.