CNRS

Rechercher




Accueil > Fiches Programmes > Programmes Chine

LIA La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (milieu XVIIe –milieu XIXe siècle) : Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques

par Pons Philippe - publié le , mis à jour le

Responsables : Bing ZHAO et Guangyao WANG (Institut d’archéologie, musée du Palais de Pékin)

Le programme a pour objectif de proposer une histoire « à parts égales » de la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle. Il consiste en recherches simultanées et croisées menées par une équipe internationale et pluridisciplinaire autour des objets émaillés sur tous supports, produits en France ou en Chine, appartenant aux anciennes collections du Palais de Pékin et aux musées français. Y sera intégré l’apport des exploitations novatrices des documents archéologiques, textuels, visuels et physico-chimiques. Il s’agit donc d’une étude connectée à double sens : a) du point de vue du transfert entre métiers, en abandonnant les approches classiques circonscrites selon la matière du support ou la technique décorative pour proposer une étude transversale des diverses techniques de l’émail selon une logique opératoire ; b) du point de vue spatial : c’est la première fois que les meilleurs spécialistes chinois et français se réunissent pour s’interroger sur les possibles liens entre les pratiques techniques de l’émail en France et en Chine. En outre, cette étude transnationale se distingue par l’exploitation et la confrontation de deux ensembles de données totalement nouvelles : les archives chinoises et françaises d’un côté et les données physico-chimiques de l’autre.
Concrètement, les recherches s’organiseront autour de trois axes : a) L’axe « Identification, restauration et reconstitution : les objets comme sources » s’organisera autour de l’étude des émaux chinois et français de collections du musée du Palais de Pékin et de musées français, en intégrant les apports de l’archéologie, des études stylistiques, de la restauration et des analyses physico-chimiques  ; b) L’axe « Les écrits et les techniques » regroupera les études des sources écrites et s’interrogera sur la pertinence des différentes catégories de sources, en particulier les archives manuscrites, dans la compréhension des techniques artisanales ; c) L’axe « Transferts, techniques et territoires » étudiera les modes de transmission des techniques entre les différents métiers de finition et entre la Chine et la France dans le but d’interroger les divers types de circulation.
Les principaux résultats attendus de ce projet concerneront trois domaines : a) Recherche : constitution de deux corpus des pièces d’archives chinoises et françaises en rapport avec la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine, établissement d’une base de données textuelles sur la circulation des objets émaillés entre la France et la Chine, et d’une base de données physico-chimiques bilingues des émaux analysés ; publication des résultats dans des revues scientifiques internationales ; journées d’études annuelles et colloques de clôture à Pékin et à Paris ; catalogage des émaux chinois et européens du musée du Palais de Pékin ; b) Formation : formation des étudiants en France et en Chine à l’histoire comparée des techniques par la constitution et l’analyse des corpus d’archives de natures différentes ; apprentissage des nouvelles méthodes d’analyses non destructives en laboratoire et dans les musées appliquées à des émaux ; c) Valorisation publique : publication des deux corpus d’archives chinoises et françaises en Chine et en France ; traduction en chinois d’ouvrages de référence sur les émaux français ; série de conférences grand public dans les locaux des musées partenaires du projet à Pékin et en France sur les échanges entre la France et la Chine autour des objets émaillés ; expositions au musée du Palais de Pékin et en France, et probablement dans d’autres pays européens, avec les catalogues d’objets et un volume de synthèse des recherches.